Catégorie : Coup de gueule

Eye Liner “Liner Lumière” de Nocibé ou comment jeter 8.95€ à la poubelle

8.95€ vous me direz, ce n’est pas très cher. Oui mais non, avec ça j’aurai pu m’acheter plein de légumes ou je ne sais pas moi, des chaussettes ! Jusqu’à présent, je me débrouillais toujours pour commander un eyeliner basique chez Sephora. Mais là j’étais complètement à sec, et dans mon bled, on  a pas de Sephora, mais un Nocibé. J’aime vraiment mettre de l’eyeliner quand je me maquille façon voiture volée, ou encore juste un trait et un mascara, et hop ! Donc je me suis acheté un eye liner noir tout con. Le pinceau m’avait l’air bien (je n’aime que les vrais pinceaux en général) et donc j’ai acheté le “Liner Lumière”. Ce nom est déjà bien stupide.

Voilà la photo, pour vous dire : NON n’achetez pas.

Lire la suite

Viviane Merlot

Bocuse d’Or 2008, Viviane s’est retirée du monde impitoyable de la Grande Cuisine, pour revenir à son amour de l’oenologie, au sein du domaine familial. Elle s’applique à offrir son expertise vinicole dans les hautes sphères internationale.

Please follow and like us:
0

Review de Livre : The Miracle Morning

Eurydice Delacour

The Miracle Morning: The Not-So-Obvious Secret Guaranteed to Transform Your Life (Before 8AM)The Miracle Morning: The Not-So-Obvious Secret Guaranteed to Transform Your Life by Hal Elrod
My rating: 1/5 stars

J’ai lu ce livre, suite à la recommandation d’une amie qui me disait combien il m’aiderait à forger une routine quotidienne pour me lancer dans ma journée.
Cette review ne remet pas en question la méthode des Life S.A.V.E.R.S, qui m’a l’air plutôt bonne, mais le contenu du livre.

The Miracle Morning n’est pas un livre de “Self-Help”, c’est un livre de “Self-Promotion”. L’auteur y passe des pages et des pages à se passer de la pommade dans le dos, à en passer à ses auteurs favoris, à ses amis (j’ai très vite arrêté de compter le nombre de fois où il nous parle de ses “good friend X”) au lieu d’aller droit au but.
Mon ebook fait 222p, il aurait largement pu en faire 30 et rien n’aurait manqué. L’auteur répète encore et toujours les même “arguments” et statistiques. Comme le disait un autre revieweur de GoodReads “on peut lire la première phrase de chaque paragraphe et ne rien manquer à ce qu’il raconte”. C’est dire le vent qu’il brasse tout le long.
Les 4 premiers chapitres sont quasiment inutiles, et même exécrables. L’auteur y développe un tel niveau de privilège et d’aveuglement sur le monde qu’il en devient carrément insultant.
Pour lui, vivre une vie “moyenne” est la même chose qu’une vie “médiocre”. Et cette idée de médiocrité est tout le temps répétée. Il ne fait aucune différence entre une mesure (“moyenne”) et un jugement de valeur (“médiocre”). A vrai dire, il s’amuse même à essayer de changer la définition du mot “médiocrité” à un moment… Et donc comme son livre s’attache à vouloir “aider” les gens qui voudraient sortir de la moyenne, cela devient un livre sur “LA solution pour s’élever au dessus des 95% de médiocrité qui afflige le monde”.

Un autre point horripilant, est que pour lui, vous êtes la raison pour laquelle votre vie est “médiocre”. Rien d’autre. Les éléments extérieurs n’ont pas l’air d’exister (ou alors sont des fausses excuses). Comme il a eu des gros accidents de vie et a réussi à s’en sortir, il part du postulat que tout le monde peut le faire. Il soulève à peine l’idée qu’avoir eu une vie privilégiée a été la clé de sa réussite. Pour le balayer d’un coup en disant que personne n’était là pour lui durant sa dépression, ce qui semble suffisant pour faire de lui une autorité. A travers ça, il fait preuve de classisme et de validisme incessant. Il ne fait aucune différence entre une dépression et la dépression chronique par exemple. Ses solutions relèvent du très célèbre “ta dépression c’est dans ta tête, tu n’as qu’à vouloir aller mieux”.

Pour finir, à aucun moment il n’apporte de sources à ses allégations. Il dit souvent “une recherche a montré que” ou lance des nombres, sans jamais les supporter par quoique ce soit. Tout ce qu’il dit semble donc particulièrement arbitraire, ou alors soutenu par son expérience, ou celle de ses clients/sa communauté.
Le tout se lit donc comme un pamphlet de vente de 222 pages. Outre les chapitres 5 et 6, sur les stratégies pour se lever, et les Life S.A.V.E.R.S, on se retrouve dans une interminable publicité pour aller télécharger des choses sur son site (soit disant gratuites, mais vous devez vous inscrire pour les avoir) ou rejoindre sa communauté, car les exemples disponibles se trouvent là-bas. Il va même jusqu’à vous parler d’une recette de smoothie pour le petit déjeuner, sans jamais la donner dans le livre (devinez où elle se trouve…).

Hal Elrod passe l’introduction à vous dire qu’il a été le meilleur vendeur de sa boîte avant le crash boursier de 2008. Et c’est ce qu’est ce livre. Le topo mercantile d’un vendeur de télé-achat.

Eurydice Delacour

Prix Goncourt de Poésie 1992 pour son recueil Errance de Polly Pocket, Eurydice partage son temps entre sa passion pour le café nicaraguayen infusé pendant 72h par des moines tibétains, et son oeuvre de charité pour l’éducation des enfants plutoniens.

Please follow and like us:
0